Claire Mazal medium pure

Voyance sérieuse

Medium pure et auditive

Donnez moi simplement votre prénom, Age et Signe astrologique, Je répondrai à vos questions sans détour.

Choisir de consulter un Medium ou un Voyant, par téléphone ou en direct c’est accepter la possibilité d’une remise en question et un changement.

Notre futur n’est pas figé, c’est un champ de multiples possibles sans cesse en activité que nous choisissons d’incarner par la force de notre libre arbitre.

Je suis là pour vous aider à y voir plus clair afin que vous puissiez faire vos choix et poser vos actions en toute connaissance de cause.

Au plaisir de vous répondre,

Claire MAZAL


  • Medium ou Voyante?
  • La quête du Bonheur
  • V comme VOYANCE

 

Medium ou Voyante?

Ci dessous quelques questions que tout le monde se pose.Voici mes réponses: Qu’est ce qu’un Medium?

Medium signifie la capacité de communiquer avec l’au-delà et les personnes disparues. Cependant cela n’est pas mon but. En effet il arrive qu’au cours d’une consultation un disparu entre dans le champ de mes perceptions mais toujours dans le but d’éclairer la question ou de pointer l’origine d’un problème ou la filiation d’un don. En aucun cas je ne veux servir de cabine téléphonique pour transmettre des messages. Merci de le comprendre…

Qu’est ce qu’un Medium pure?

Medium « pur » n’est pas un attribut moral opposé à « impur », mais plutôt à comprendre dans le sens « d’absolu » ou « directe »: c’est quelqu’un qui n’a pas besoin d’un support de cartes pour répondre à vos questions, même s’il en utilise un, c’est plutôt pour ouvrir et déclencher des ressentis.

Par exemple, je commence toujours mes consultation en médiumnité pure, il est assez rare que je procède autrement, et dans un deuxième temps, j’utilise mon Oracle de Belline pour recouper ce que j’ai trouvé par ailleurs, voir même préciser et compléter ce qui a été dit.

Qu’est ce qu’être Medium auditive?

Medium auditive signifie que je pose intérieurement mes questions et que j’entends intérieurement la réponse. C’est une connexion directe. Je commence toujours mes consultations de la sorte et le message que j’obtiens est quelquefois très mystérieux, incompréhensible pour moi, contradictoire avec la question et très surprenant. Mais plus j’entre dans la consultation et plus ce message prend tout son sens et deviens alors très juste même s’il ne s’agissait que de quelques mots au départ. Je suis à chaque fois émerveillée par la justesse de ce qui aurait pu apparaître avant comme une « erreur de perception ». Avec de la pratique, il apparaît que voyance et rationalité ne font vraiment pas bon ménage. Il faut savoir lâcher prise avec toute notion de cohérence et s’ouvrir complètement pour s’effacer et rester neutre puis écouter la réponse. C’est un exercice qui peut être très rapide et qui demande parfois un peu plus de temps. Selon mon état et ma concentration.

Je ne suis donc pas un distributeur automatique de réponses toute faite… je considère mon activité comme une vocation qui demande une éthique certaine avec un mode de vie en conséquence: se maintenir en éveil, propre dans tous nos corps…(physique, ethérique, émotionnel, mental et spirituel)

Quelle est la différence entre Medium et voyante?

Un Medium est un canal entre plusieurs mondes ou réalités, l’au-delà et les personnes disparues, entre l’espace et plusieurs temps, c’est à dire pouvoir lire dans « le disque dur » de quelqu’un, les faits d’une autre époque, des vies antérieures, etc. La connexion pour un voyant se fait plus par l’image, les symboles, le visuel. On peut donc être Medium et voyant à la fois…

Pour ma part, j’ai toujours eu un lien particulier avec les sons et la musique a été très présente dans ma vie. Avant de consulter de manière « professionnelle » c’est à dire à plein temps, j’ai exercé pendant de nombreuses années comme chef de choeur et d’orchestre, metteur en scène d’opéra pour enfants, professeur de chant et de musique. Cette vocation mystique et musicale à la fois m’a permis de comprendre rapidement que corporellement, nous sommes des animaux vibratoire, c’est à dire que nous rayonnons par tous nos corps notre réalité intérieure, et transpirons par là notre état de conscience. Le futur est donc en fait un présent projeté que nous choisissons de concrétiser par la force de notre libre-arbitre. Pas de fatalité donc…

« La fatalité n’existe pas, c’est le Jeu de Dieu pour voyager incognito dans l’univers ». A. EINSTEIN

La physique quantique est l’explication moderne et rationnel d’une réalité millénaire. Ayant passé plus de 10 années dans un Ashram (mot sanskrit pour monastère) à la fois en Inde et en France, j’y ai imbibé là un enseignement capital qui m’a permis de développer un point de vue radicalement opposé à la pensée occidentale matérialiste et qui structure mon approche de l’humain et de sa ou ses vies. Ma voyance découle de cette pensée orientale.

Ceux que cela intéresse peuvent visiter  www.vedicsanga.com, site consacré à la culture védique et la science du Bhakti Yoga.

 

 

 

Consulter un Medium pour la quête du Bonheur?

Consulter un Medium pour la quête du Bonheur? Le vrai but de l’existence…

Autrefois, devant une situation difficile ou un problème important à résoudre, le réflexe était de se confier à un homme de foi, qu’il soit prêtre, lama, rabbin,imam ou brahmana. Aujourd’hui, en Occident, ce réflexe tend à être remplacé par l’habitude de plus en plus démocratique de prendre son téléphone pour consulter un voyant     ou un medium et lui poser nos questions qui tournent souvent autour de notre vie sentimentale ou professionnelle, autour de situations et de personnes auxquelles nous sommes très attachées qui loin de nous satisfaire, nous font au contraire souffrir.

Mais nous posons nous en fait les bonnes questions? Savons nous quel est notre véritable intérêt dans l’existence?

Je me souviens qu’à 11 ans, au milieu des dessins et des posters épinglés au mur, j’avais écrit sur les murs de ma chambre : Qui suis-je ? D’où viens-je ? Où vais-je ? Questions longtemps sans réponse malgré le milieu universitaire et artistique dans lequel j’étais éduquée depuis mon enfance. Ceci ne rentre pas en effet dans les programmes des universités occidentales. A 14 ans une cocotte minute m’explose à la figure provoquant de graves brûlures au 2ème et 3ème degré sur la poitrine, le ventre et le bras droit. Sous le choc, je suis sortie de mon corps et me suis retrouvée collée au plafond. Je voyais mon enveloppe corporelle couchée au sol. Je me souviens avoir pensé : tiens je me vois ! Je ne souffrais pas du tout, je flottais juste au plafond.

Puis je me suis retrouvée à nouveau dans mon corps, à la racine de la colonne vertébrale, peu à peu je suis remontée le long de ma colonne et j’ai réintégré ce qu’on appelle une conscience « normale » (la question du normal, anormal, paranormal étant devenu du coup très relative) ; pendant tout ce temps je me suis entendue crier, plutôt j’étais ce cri. La douleur n’est devenue perceptible qu’en réintégrant mon cerveau.En sortant de l’hôpital, alors que des greffes étaient prévues, j’eus la chance de rencontrer une dame qui enlevait le Feu . Elle a fait une prière, un signe avec son pouce et m’a dit : Oh tu dois avoir un don ! Puis elle a posé ses mains au-dessus des plaies ouvertes et devant les yeux ébahis de ma mère très cartésienne qui, comme Saint Thomas,doutait de tout, une peau très fine s’est reformée. Elle est revenue tous les jours pendant une semaine et grâce à ses bons soins, j’ai évité de perdre quelques centimètres de la peau du derrière pour la recoller ailleurs ! Les médecins n’y ont rien compris. Tout ça me paraissait pourtant normal et la vie a repris son cours jusqu’à en oublier même cet incident.

C’est à 17 ans, l’année du bac, suite à la lecture du « Troisième oeil » de Lopsang Rampa que je me suis souvenue d’avoir eu, moi aussi, une expérience de décorporation. Les sujets ésotériques me passionnaient, notamment « Autobiographie d’un yogi » de Swami Yogananda que je dévorais d’une seule traite le soir après mes cours. Puis les questions qui me turlupinaient à 11 ans sont devenues viscérales, mais avec la notion maintenant d’être une question de vie ou de mort. Je ne pouvais pas continuer à étudier ou vivre normalement tant que je n’aurais pas répondu à ces questions. Il est difficile d’expliquer l’intensité de cette quête, ni ce qu’elle a couté à l’époque de réflexions interrogatives de mes proches qui ne comprenaient pas mon urgence. Je me souviens de mon père, universitaire réputé, à qui j’expliquais mes préoccupations et qui me répondait : « Mais tu es trop jeune pour te poser ces questions ! » Malgré son savoir important et son expérience, il n’arrivait pas à comprendre la nature de mes questions et encore moins à y répondre.

Finalement, après sept ans de recherche acharnée via divers enseignements ésotériques, j’ai enfin trouvé dans le Bhakti Yoga – la voie dévotionnelle de l’Inde Ancienne – un trésor de sagesse et une pratique qui continue de me nourrir et de m’inspirer chaque jour. Ces écrits sont si vastes qu’il faudrait plus d’une vie pour les parcourir et surtout les assimiler. C’est comme croquer dans un sucre ou un gâteau : chaque bouchée, même singulière, est toujours sucrée… Plus le temps passe, plus il me devient impératif de partager d’une manière ou d’une autre, au fil de mes lectures et de mes réflexions, ce regard que l’Inde ancienne pose sur la société, regard antique et pourtant si moderne. Cette vision est fondamentale dans mon activité de médium et, de même que je ne comprends bien le présent de mes consultants qu’en élucidant petit à petit leur passé, de même, en apprenant des cultures anciennes qui ont été fondamentales pour l’évolution de l’humanité, mon regard sur la société d’aujourd’hui s’en trouve élargi.

J’ai toujours pensé qu’un vrai médium est forcément aussi sociologue, philosophe, médecin de l’âme surtout. C’est juste notre manie actuelle de tout diviser qui empêche ces mots d’être compris ensemble. Il faut un diplôme pour chaque « matière », mais la vie ne donne pas de diplôme,comme elle ne sépare rien.

Elle existe parce qu’elle reste UNI.

Aujourd’hui si vous avez mal à un œil à cause de vos sinus, vous êtes obligé de consulter (et de payer !) deux « spécialistes » ; le corps est découpé en petits morceaux que chacun regarde séparément à la lorgnette. Qui est capable de soigner le, et surtout LES corps et l’être humain dans sa globalité ? C’est à dire ce qu’il est réellement :

Une âme spirituelle dans un corps mental, émotionnel et physique ?

Nos anciens avaient un sens beaucoup plus holistique sur ce sujet et leur savoir est très précieux. Nous avons beaucoup à apprendre de la pensée et de la culture orientale en particulier. Peu d’ouvrages en effet traitent de ces questions essentielles :

Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

et qui sont pourtant sous-jacentes aux questions posées par ceux qui consultent un médium.

Le Srimad Bhagavatam, ouvrage védique connu également en tant que Bhagavat Purana, est une mine d’or pour toutes ces questions.

Vedas signifie « connaissance » en sanskrit et nous devons à Sa Divine Grâce A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupada   l’inestimable contribution d’avoir, à un âge avancé, traduit et commenté l’essentiel de cette sagesse. Il y a des êtres que l’on rencontre par leurs écrits et qui vous marque à jamais.

Sa Divine Grâce A.C Bhaktivedanta Swami Prabhupada est de ceux là et je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui si je n’avais rencontré cette pensée via ses ouvrages qui sont un apport inestimable au monde occidental moderne. Sans lui cette culture totalement méconnue auparavant n’aurait pas pu pénétrer en occident.

Je remercie profondément cet être extra-ordinaire d’avoir à l’âge de 70 ans traversé la mer au péril de sa vie, pour venir en territoire inconnue distribuer à des étranger et ignorants comme nous, ce savoir et cette culture.

Je lui rends ici mon hommage très respectueux car du fin fond de l’Inde ancienne (5 000 ans) jusqu’à mon bureau, le pas est géant et grandiose, et venir nous expliquer cet autre monde n’a été possible que par une expertise et un dévouement hors du commun. Depuis maintenant plus de 20 ans (il a quitté ce monde en 1977 – je n’avais que 12 ans… et n’ai rencontré ses ouvrages qu’à 24 ans) un dialogue intérieur s’est établi avec lui, qui m’inspire et m’éclaire dans ma vie personnelle et pour mes consultations. C’est mon canal et ma référence et j’espère vous en faire partager, un peu et à ma mesure, les fruits.

Voici donc un petit passage  du Srimad Bhagavatam 7-18:

« les animaux et les hommes sans intelligence sont appelés vimudha ou ignorant, confus, alors qu’une personne éduquée est appelée vidvan.

Un vrai vidvan est quelqu’un qui essaye de comprendre quelle est sa position dans ce monde matériel et pourquoi il souffre ».

Puissiez-vous tous devenir, par vos questions, de vrais vidvan et vous enquérir du véritable but de votre existence car au-delà des douleurs sentimentales ou de l’insécurité professionnelles qui sont inhérentes à ce monde et donc inévitables, se cache une souffrance fondamentale : celle de ne pas savoir qui nous sommes.

Comment peut-on vivre sereinement sans le savoir ?

La quête du bonheur, celui que tout le monde recherche et celui que tout le monde nous promet, est à ce prix…

Socrate ne disait-il pas: »Connais-toi toi même et tu connaîtras l’univers » ?

Cette compréhension de la vie et de l’être humain nourrit ma voyance depuis maintenant plus de 25 ans.

A tres bientôt pour une consultation éclairée… Claire MAZAL (Kalakanthi dd)

V comme VOYANCE

Voir et prédire le futur…

Mais comment ça marche? Est-ce possible? Où sont stockés ces informations que certains peuvent lire comme un livre?Entre fatalité et libre arbitre, où est la mesure?

Très souvent, les consultants m’appellent avec le secret espoir que je (ou une autre, c est le principe qui est en cause ici) vais résoudre et apporter une solution toute faite, un renouveau à leur vie, en gros que je vais pouvoir transformer leur réalité et les sortir de là. Mais c’est une erreur fondamentale. Je ne fais en fait que renvoyer chacun devant sa propre histoire pour mieux la comprendre et la transformer. Vis à vis très souvent délicat, car on a plus envie de cacher les cadavres sous le tapis que de faire le ménage. C’est humain… Enfant, on préférait tous la jolie pomme à celle qui avait une tache… Le sens du dévouement, du sacrifice, de l’évolution n’est donc pas acquis, il s’acquière par force avec plus ou moins de mal. Le futur est un multiple possible, une sorte de mur virtuel interactif, sur lequel nos projections viennent se cristalliser. Nous sommes donc à l’origine de ce qui se dessine sur le drap en face, comme une ombre. On peut prévoir et prédire ces événements dans la mesure où il concerne des réactions déjà en marche. Il y a donc des choses qui ne peuvent être modifié et d’autres si: « La longévité, la profession, les biens matériels, le savoir et l’heure de la mort sont déjà déterminés dans le sein de la mère. » Chanakia Pandit, Philosophe Indien. Nous subissons les réactions de nos actes passées, mais à chaque instants nous avons le choix de nos actes futurs. Un medium ne PEUT pas interférer dans ces choix, mais il est là pour aider à les définir. Accoucher de nos choix nous fait grandir. Toutes les femmes savent que l’accouchement ne se fait pas sans douleur… la douleur a la vocation de nous faire progresser, elle n’est « morale » que dans ce sens.

Oublier le passé?

Beaucoup s’étonnent que je plonge avant tout dans leur passé alors qu’ils ont très envie que je me projette dans leur futur. C’est inapproprié de fonctionner autrement. Comme un médecin analyse scrupuleusement les antécédents d’une personne qu’il soigne, un bon médium regarde immanquablement dans le passé d’un consultant pour qu’on lui montre les ressorts de son présent. Et c’est en effet souvent là et dans les schémas d’enfance que se trouve une des causes de la plupart de nos disfonctionnements actuels. En effet nous agissons la plupart du temps, mués par une logique qui découle directement des premiers schémas observés pendant l’enfance. Par exemple: une femme me consulte et j’observe qu’elle est en répétition d’un schéma de dépendance affectif important. Elle me demande quel sera son avenir sentimental. La voyance ne donne pas de solution miracle: tant que cette personne n’aura pas pris clairement conscience des schémas qui l’animent, elle continuera à faire des rencontres infructueuses et frustrantes. jusqu’au jour où elle aura le déclic. Le fait même de consulter et de poser la question est déjà le germe d’un désir de renouveau. C’est pour cela que chaque question que vous posez est importante.

Y a-t-il une possibilité de modifier notre destin? …

Oui et non… la plupart du temps, ce que l’on peut modifier ce n’est pas la réalité mais notre regard sur celle-ci. De la place de victime qui subit ce qui lui arrive, on peut librement et sans atout extérieur autre que notre propre volonté, se remettre au centre de notre territoire et de rétablir « la charte de bonne conduite ».

Ex: Une femme me consulte et souffre que son ami/amant ne vient la voir que pour passer de bons moments avec elle. Il n’est pas libre et ne semble pas vraiment vouloir que cela change. C’est l’histoire fameuse de « vouloir le beurre et l’argent du beurre ». Elle souffre de cette situation mais je lui montre qu’un choix s’impose à elle: c’est elle et elle seule qui doit savoir et décider pour elle si cette relation est importante pour elle TELLE QU’ELLE EST. quand je vois que les choses ne peuvent ou n’évolueront pas, il s’agit de se résoudre à accepter la réalité et l’autre telle qu’il est, et à savoir choisir entre la souffrance de la rupture et celle de l’acceptation de la situation. Je dis souvent qu’elle peut aussi renverser la vapeur et au lieu de se sentir exploité par l’autre, elle peut aussi si c’est son gout et son choix prendre l’autre à sa guise, prendre le plaisir qu’il/elle lui donne et ne plus ainsi alimenter le rôle de victime et de bourreau. le problème souvent c’est que nous ne voulons pas ou ne savons pas comment quitter ces « empreintes » mentales.

Aimer…telle est la question!

Très souvent la question est: A t il/elle des sentiments??? La relation souvent ne dure que depuis peu. On confond constamment plaisir et bonheur, attachement et sentiment, amour et possessivité. C’est l’exercice de toute une vie que de discerner entre les deux, se débarrasser de l’un pour pouvoir enfin goûter un peu de l’autre.

Un jour une femme s’est fâché au téléphone parce qu’elle était révoltée qu’à 45 ans, elle n’avait pas encore gouté à ce qu’elle comptait comme un du: le plaisir, le jouissance d’un amour partagé. A cela, je réponds souvent qu on n est pas ici au club méd., et que le bonheur n’est pas un kit prêt à consommer. Il est difficile et décevant passé 40 ans de comprendre peu à peu que la vie ne nous réserve pas plus de surprise que cela. Pour certains c’est vrai, pour d’autres non. Le karma (les réactions de nos actes passés) joue beaucoup. Les anciens regardaient cela avec plus de philosophie car dès la naissance, un horoscope était dressé, ce qui permettait de ne pas attendre la lune ni elle ne devait pas venir et d’ajuster ses attentes à la réalité.

Ne jamais baisser les bras.

Chaque vie est longue et les bouts de tunnel difficile à trouver, mais les plaisirs et les peines sont temporaires. Les orientaux ont joliment décrit cela dans la Bhagavad-Gita, ce récit issu du Mahabharata:

« Ephémère joies et peines comme été et hiver vont et viennent, O fils de Kunti,

ils ne sont dus qu’au contact des sens avec la matière, et il faut apprendre à les tolérer sans en être affecté. »

Vaste programme, mais pas inaccessible. Le mot attendre est certainement le mot que je prononce le plus dans mes consultations, en effet la plupart des épreuves est mis à part le choix, l’attente, car souvent il n’y a rien d’autre à faire que de patienter et de laisser le temps au temps. Les occidentaux ont une phrase très singulière d’ailleurs et significative de leur état d’esprit: attendre pour eux, c’est tuer le temps… quand on sait que le temps dans la plupart des traditions représente le divin, on peut s’interroger sur le devenir d’une civilisation qui cherche à tuer le temps. A l’heure où l’info circule plus vite que la lumière, l’humain malgré cela ne s’est jamais autant senti désorienté, perdu et seul…

Casser les vieux schémas  pour transformer notre futur.

A moins de cela, le vieux se renouvellera incessamment comme les vagues de l’océan viennent sans cesse heurter le rivage.

Eternels…nous sommes.

Des âmes, étincelle d’amour, perdu au milieu de nos conditionnements, se cognant comme des aveugles au conditionnement de l’autre, sans pouvoir se reconnaitre dans ce que nous avons de commun: l’amour, et nous le cherchons à travers son reflet: le sexe, la dépendance affective, l’attachement, alors que pour être véritable il ne peut être que service, dévotion, désintéressé en tous cas.

Utopique???

Vos expériences défilés à mes yeux depuis des années me disent le contraire chaque jour et derrière chaque peine que je rencontre, chaque vie que je regarde comme un écran qui s’ouvre sur un espace de vie, je constate la même amertume, le même désespoir, la même souffrance et les mêmes attentes, la même quête:

Nous portons en chacun de nous un sentiment d’éternité.

(D’où vient alors que nous voulons sans cesse faire durer ce qui est bon, rester longtemps, bâtir, construire?), un sentiment de joie première (les enfants eux qui ne sont pas encore éteint le manifeste très librement), et un sentiment de connaitre instinctivement les choses sans même savoir pourquoi. Notre intuition porte tout cela d’instinct et c’est cet instinct premier qu’il nous faut retrouver. Faire appel à un voyant ou medium est comme vouloir monter sur les épaules de quelqu’un d’autre pour marcher.

A quand marcher tout seul???

Le signe d’un bon medium est qu’il est le haut parleur de votre intuition: il dit tout haut ce que vous ressentez au fond de vous. Comprendre ce qu’est la voyance, c’est comprendre tout ceci. Consulter en ayant conscience de tout cela rendra nos échanges beaucoup plus profond, vos questions beaucoup plus pertinentes et mes réponses, comme votre état d’esprit sera plus ouvert, seront plus complètes. Plus il y a de conscience, plus il y a de richesses, même au milieu de nos souffrances, nous pouvons nous éveiller.

Nos souffrances sont là pour ça. nous ouvrir à nous même et à une vision plus juste de nous et de l’autre, que ce soit dans une relation sentimentale, professionnelle, amicale ou parentale. Quand Noël approche, vient aussi avec lui son cortège de tensions familiales inévitables. Une année se termine et une autre commence. Au creux de l’hiver, à la jonction de la nuit et de la lumière, ce solstice nous invite à nous retrouver et à faire le point. Mener le bilan de cette année pour mieux rebondir sur l’autre.

Au printemps la vie nous appelle à réveiller cette partie de nous, chenille qui refuse encore furieusement de devenir papillon…

Je me ferais un plaisir de répondre à vos questions encore mieux si vous comprenez d’autant mieux ce qu’est la voyance par ces quelques lignes.

Au plaisir de vous entendre,

Claire MAZAL